Objectif 0 déchet : 3 alternatives au plastique dans votre quotidien


(4mn40 de lecture)

C’est désormais de notoriété publique, sanitaire et écologique, l’objectif est de viser les zéro déchets, en éliminant en premier le plastique de notre vie courante. Les jeunes y sont de plus en plus sensibles et, en voyant circuler certaines vidéos sur le net, on comprend pourquoi ! La faune aquatique notamment en fait les frais mais pas que, c’est tout l’environnement qui petit à petit est mis en péril. Par des gestes simples et des habitudes revisitées chacun peut participer à améliorer les choses. Aussi allons-nous vous parler de 3 modestes astuces qui ont fait leurs preuves.

1) Les bouteilles en plastique : Pour les éliminer nul n’a rien imaginé de mieux que les remplacer ! De fait en des temps pas si lointain nos liquides, tels que l’eau, le lait, le jus de fruit et autres, étaient conditionnés dans des bouteilles en verre. Comme de plus elles étaient consignées, nous avions tout intérêt à les ramener sans se poser de question. Avec l’arrivée du plastique à tout va de mauvaises tendances ont pris le pas, comme de les jeter n’importe où sans même songer au recyclage.

60% des bouteilles en polyéthylène téréphtalate, plus familièrement appelées PET, sont collectées puis récupérées, afin d’être transformées en objets du quotidien. C’est la filière des eaux minérales qui, en étant l’un des premiers fauteurs de troubles, est la principale source d’Eco-Emballages 100% recyclables. Pour exemple un oreiller 60x60 cm peut être réalisé grâce à 17 bouteilles plastique de 1,5 litre et un coussin de voyage avec seulement 5 bouteilles et demi. Une couette en 220x240 nécessite quant à elle 58 bouteilles PET de 1,5 litre... une broutille quoi !

gourde alternative au plastique

2) Alternative au plastique : Là aussi qui n’a jamais entendu parler des couverts en plastique, que l’on souhaite à court terme fabriquer en matériaux nobles. Sachant que 70% des déchets marins sont issus de produits à usage unique, voici de quoi se poser de sérieuses questions. Quoi qu’il en soit la vaisselle jetable sera, à compter de 2020, interdite de vente en France, pour être remplacée par des matières compostables. Depuis quelques années les sacs des supermarchés sont ainsi fabriqués en composé végétal du type amidon de maïs.

Pour les assiettes et gobelets de petites malines ont songé à utiliser, après avoir visité un temple en Thaïlande, de récolter des feuilles d’arbres pour matériau de base. Celles-ci produisent sans effort une matière première qui, en plus d’être biodégradable, s’adapte à l’utilisation alimentaire et résiste à la chaleur. Ainsi ont été retenus des arbres emblématiques comme le Tectona Grandis, le Ficus Benghalensis et le Petchara Chaowarat. Chaque région du monde possédant un type de feuilles d’arbres adaptés, voici de quoi donner du fil à retordre au plastique !

couvert en bambou

3) Les marques adhèrent : Une d’entre-elles se détache du lot c’est l’enseigne KuFu qui, avec sa collection de sacs, cabas et pochettes se démarque même carrément. La devise de cette start-up lyonnaise est que « Rien ne se perd, tout se transforme ! ». Leur écoconception permet que leurs produits, à base de chutes textiles revalorisées, puissent être réutilisés sans fin car réalisés pour une durabilité à toute épreuve. Un artisanat social, au degré d’exigence sans faille, explique que leurs produits fascinent à plus d’un titre.

kufu marque 0 déchet

Toujours par respect de l’environnement, dans l’optique de récupérer pour protéger, d’autres enseignes parisiennes se détachent du lot : La première marque du zéro déchet, dans la Boutique Lamazuna du Xème, qui prône la cosmétique végan naturelle. OPOA où, quel que soit le produit souhaité, vend tous ses produits en vrac pour éviter les emballages superflus. Welcome Bio Bazar dans le XIème, qui opte pour un « mode de vie responsable »... De l’art de la table à la cuisine, du monde des enfants à la déco ou l’espace plantes etc.

De même que le plastique recyclé est utilisé dans maints domaines, des ateliers gratuits DIY sont proposés rue de Paradis (à l’initiative de la Mairie de Paris). C’est la première « rue zéro déchet » qui ait vu le jour, où toute personne le souhaitant peut fabriquer ses cosmétiques et produits ménagers. Pour notre part chez Paris-Pousse nous privilégions les contenants en matières naturelles, fibre, terre cuite, céramique, et les produits bios comme le désherbant ou l’hormone de bouturage.

A vous de faire un choix pour devenir écoresponsable !